Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

DÉTERMINANTS DE L’ADOPTION DE L’INTERNET MOBILE PAR LES CONSOMMATEURS MALIENS
Determinants of mobile Internet adoption by Malian consumers

Madou CISSÉ

Université des Sciences Économiques et de Gestion de Bamako (USSGB), Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Bamako (FSEG), Mali
madouciss@live.fr
ORCID : 0000-0002-4553-3885

Falingué KEITA

Université des Sciences Économiques et de Gestion de Bamako (USSGB), Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Bamako (FSEG), Mali
keitafalingue13@gmail.com
ORCID : 0000-0003-1525-0929

Abstract : This article aims to determine the factors that may explain the adoption of mobile internet in Mali. For this, we used the Logit binary model. This model was estimated by the maximum likelihood method. The data used come from the survey conducted in 2020 by the Research Group in Solidarity and Industrial Economy (GRESI). The results from the econometric estimate show that the adoption of mobile Internet in Mali is explained by age, gender, marital status, professional status, income, price and level of computer training. The results suggest the implementation by the sector regulator of measures allowing greater competition in the Malian mobile Internet market.

Keywords : Internet adoption, mobile Internet, Mali.

 

Résumé : Le présent article vise à déterminer les facteurs pouvant expliquer l’adoption de l’Internet mobile au Mali. Pour cela, nous avons utilisé le modèle binaire Logit. Ce modèle a été estimé par la méthode du maximum de vraisemblance. Les données utilisées sont issues de l’enquête menée en 2020 par le Groupe de Recherche en Économie Solidaire et Industrielle (GRESI). Les résultats issus de l’estimation économétrique montrent que l’adoption de l’Internet mobile au Mali est expliquée par l’âge, le genre, le statut matrimo- nial, le statut professionnel, le revenu, le tarif et le niveau de formation en informatique.

Les résultats suggèrent la mise en place par le régulateur sectoriel des mesures permettant une plus grande concurrence sur le marché malien de l’Internet mobile.

Mots-clés : adoption d’Internet, Internet mobile, Mali.

JEL Classification : L86, L96.

Introduction

Un des défis majeurs relevés par l’évolution de l’Internet dans le monde est sa mobilité. Inventé pour des utilisations en situation fixe ; l’Internet avec le temps est devenu un service qui peut être utilisé aussi en situations nomades. Cette mobilité de l’usage de l’Internet est la conséquence directe de sa fourniture par les réseaux de télécommunication mobiles. Cela a commencé vers la fin des années 90 avec l’évolution des réseaux du Global System for Mobile (GSM)2 de 2ème génération (2G) vers des réseaux dits de 3ème et 4ème générations (3G et 4G) et présentement les réseaux de 5ème génération (5G) sont en train d’être implémentés.

L’adoption de l’Internet qui peut être faite par les ménages et les firmes repré- sente un autre défi lié au développement de l’Internet. L’étude des facteurs pouvant influer sur l’adoption de l’Internet (qu’il soit mobile ou fixe) par les ménages a beau- coup intéressé la communauté scientifique, car c’est l’adoption qui conditionne en premier les usages de l’Internet. Dans cette perspective, une étude sur la problé- matique de l’adoption de l’Internet est menée par Oyelaran-Oyeyinka et Adeya (2004) auprès de 200 universitaires Kenyans et Nigérians. L’étude visait à analyser la dynamique de l’adoption et de l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les deux pays. Les auteurs sont arrivés aux résultats suivants : l’âge est positivement corrélé à l’adoption. L’impact de la démographie est mitigé sur l’adoption. Le niveau de revenu et la fourniture des services par les pouvoirs publics impactent positivement l’adoption de l’Internet.

Une année plus tard (Suire, Pénardl, & Le Guel, 2005) ont mené une étude dont l’objectif était de proposer une modélisation économétrique des choix d’adoption de l’Internet par les ménages français et des choix d’achat en ligne, en vue d’iden- tifier les facteurs favorisant ou freinant l’usage de l’Internet à domicile. Après avoir utilisé les données collectées auprès des ménages bretons en 2000 ; les auteurs ont conclu que les facteurs sociodémographiques déterminants dans l’adoption et l’usage de l’Internet sont : l’âge, le niveau d’étude, les caractéristiques sociopro- fessionnelles, l’expérience de l’Internet et le voisinage social. En 2013, pour com- prendre les facteurs qui stimulent ou entravent l’adoption et l’usage de l’Internet

en Afrique, Penard, Mukoko, Poussing et Tamokwe (2013) ont mené une étude uti- lisant une approche microéconomique basée sur les données relatives aux ménages camerounais. Leurs résultats relatifs à l’adoption de l’Internet ont prouvé que la probabilité d’adopter l’Internet est plus forte chez les hommes, les anglophones et les gens avertis. Partant du constat que les pays en développement comme ceux de l’Afrique ont montré sur deux décennies (1995–2015) une amélioration signi- ficative dans l’adoption et l’usage de l’Internet, Kayisire et Wei (2015) ont effectué une étude visant à investiguer la relative efficience de l’adoption et de l’usage des TIC dans quarante (40) pays africains. Afin d’y parvenir les auteurs ont utilisé les variables suivantes : les caractéristiques socio-économiques, l’infrastructure et les facteurs d’intrants politiques. Leurs résultats ont montré que les pays suivants : l’Egypte, le Maroc, le Kenya, le Nigeria, L’Ile Maurice et la Gambie sont efficients en termes d’adoption et d’usages d’Internet conformément aux standards d’effi- cience édictés par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Kongaut et Bohlin (2016) ont analysé les facteurs qui déterminent l’adoption de l’Internet mobile dans un contexte de développement des smartphones et d’augmentation des débits de transmission des données dans le cas de la Suède. Les résultats obtenus ont montré que l’adoption de l’Internet mobile est moins probable dans le groupe de répondants plus âgés, ayant un revenu faible, un niveau d’instruction inférieur et vivant en dehors de Stockholm. Enfin, Chauhan, Gupta et Jaiswal (2018) ont exploré les facteurs qui entravent l’adoption de l’Internet parmi la base de la pyramide en Inde tout en attirant l’attention sur ces concepts. Les résultats de la recherche ont montré que le manque de compétence en TIC, la complexité de l’Internet et la barrière langue sont les principaux obstacles qui entravent le développement de l’adoption de l’Internet en Inde.

Il ressort de la revue ainsi présentée que les études relatives à l’adoption qu’elles soient faites sur les ménages de pays développés (France, Suède…) ou sur des ménages de pays en développement (Cameroun, Kenya, Nigéria, Inde…) les prin- cipaux déterminants pouvant expliquer significativement l’adoption de l’Internet (fixe ou mobile) peuvent être reliés aux caractéristiques socioprofessionnelles, aux compétences en informatiques et TIC et au développement des infrastructures.

L’Internet mobile a été lancé au Mali en 2010 par l’opérateur global de télé- communication mobile Orange Mali SA. En fin 2018, le taux de pénétration de l’Internet mobile au Mali est estimé à 29,38%. Et en termes d’accès à la bande passante internationale par internaute, le Mali a enregistré une évolution positive. Pour preuve, en 2019, la bande passante internationale disponible par internaute malien était de 18,61 Kbit/s comparés au 5,29 Kbit/s en 2014 (GRESI, 2020).

Une comparaison du Mali aux autres pays permet quand même de noter que les performances atteintes par le Mali en termes de développement de l’Internet mobile doivent être nuancées. En Juin 2020, l’Union Internationale des Télécom- munication a estimé un taux d’adoption de l’Internet mobile large bande pour

l’Afrique, l’Europe et les Amériques à respectivement 33,1% ; 99,9% et 99,2%. Ces résultats permettent de souligner que le Mali fait mieux que la zone Afrique en termes d’adoption mais moins que l’Europe et les Amériques. Car ce taux a été estimé à 65% dans le cas du Mali par une étude menée par le groupe de recherche en économie solidaire et industrielle (GRESI, 2020).

Le tarif des forfaits d’Internet mobile (data uniquement) est aussi le plan sur lequel le Mali est à la traine par rapport aux autres pays. L’UIT a estimé à 22,9 $ le prix d’un giga de forfait prépayé après conversion en parité de pouvoir d’achat (PPA) contre 8,7 $ pour le même forfait dans le cas du Sénégal. Avec un tel niveau de prix le Mali est classé avant dernier pays de l’UEMOA en termes de niveau de prix de forfait prépayé (UIT, 2020).

Les internautes maliens consomment moins de bande passante Internationale comparés à ceux de l’Afrique et de l’Europe. Pour la même période, les inter- nautes africains avaient individuellement à leurs dispositions 30,8 Kbit/s. Et ceux de l’Europe avaient en moyenne chacun 211,2 Kbit/s.

Cette présentation faite de l’Internet mobile malien permet de faire le constat suivant : Même si ce service est en train d’évoluer positivement dans le temps, mais comparé aux services des autres pays, le Mali semble être à la traîne. C’est dans un tel contexte que la présente recherche est engagée afin de déterminer les facteurs pouvant encourager ou freiner l’adoption de l’Internet mobile au Mali.

Le reste du papier est subdivisé comme suit : après cette introduction nous faisons un état des lieux sur l’adoption de l’Internet mobile au Mali (1) cette section est suivie de la présentation de la méthodologie de recherche adoptée (2). La présentation de la conclusion est précédée de celle des résultats et de leurs discussions (3).

1.  État des lieux de l’adoption de l’Internet mobile au Mali

L’adoption de l’Internet mobile fait référence au choix que font les consomma- teurs ou les ménages en s’inscrivant à un service d’accès à Internet mobile déjà disponible dans leurs localités respectives. L’adoption ne peut être confondue avec l’accès à l’Internet mobile qui la précède. Ce dernier fait référence à la disponi- bilité du service d’Internet mobile pour les consommateurs qui deviendront du coup des utilisateurs potentiels dudit service. Quant à la pénétration de l’Internet mobile, elle capte le nombre d’utilisateurs dudit service à l’échelle d’un pays par rapport à un potentiel d’utilisateurs et à une période donnée. Elle est mesurée par le taux de pénétration dudit service. Alors que l’adoption est estimée par le taux d’adoption. Dans le présent papier nous utilisons indifféremment les expressions adoption et pénétration.

1.1.  Internet mobile au Mali en quelques chiffres

 

Le service d’accès à l’Internet mobile a été lancé au Mali en 2010 par l’opérateur global de télécommunication Orange Mali SA. C’est à partir de l’année 2014 que le taux de pénétration a dépassé la barre des deux chiffres passant de 2,52% en 2013 à 10,66% en 2014. L’argument en faveur d’un tel regain de pénétration de l’accès à l’Internet mobile en 2014 est mis en évidence dans le tableau 1 ci-dessous. La dynamique de la pénétration est prouvée par l’évolution significative des taux de pénétration présentés dans le tableau 1 ci-dessous à partir de 2014. Ce qui n’était pas le cas pour les années ayant précédé 2014.

Tableau 1. Taux de pénétration de l’Internet mobile au Mali de 2010 à 2018

Année

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

Taux de péné- tration (%)

0,03

1,74

1,13

2,52

10,66

18,8

23

27

29,3

Source : (Rapport d’activité annuel 2018 de l’AMRTP).

En 2018, le taux de pénétration de l’Internet mobile est estimé à 29,38% sur un taux de pénétration global d’accès à Internet (fixe et mobile) fixé à 30% (AMRTP, 2019). Cette statistique permet de soutenir qu’au Mali, l’accès à Internet est prin- cipalement mobile.

Dans une étude financée par l’AMRTP et réalisée en octobre 2020 par le Groupe de Recherche en Économie Solidaire (GRESI), le taux d’adoption de l’Internet mobile est estimé à 65%. Ce qui représente un doublement du taux de pénétration de l’Internet mobile en seulement deux années d’intervalle.

1.2.  Le marché de l’Internet mobile au Mali

L’offre du service d’accès à l’Internet mobile au Mali est assurée depuis 20183 par trois opérateurs de téléphonie mobiles à savoir Sotelma SA4, Orange Mali SA et Atel SA5. Cette offre est assurée par l’utilisation des technologies 3G et 4G (AMRTP, 2019).

En fin 2018, les parts de marchés des trois (03) fournisseurs de services d’accès à Internet mobile sont fixées comme suit : Atel Sa (9%) ; Malitel (42,25) et Orange Mali SA (47,67%) (AMRTP, 2019).