Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

COMMENT PROMOUVOIR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET L’ASSOCIER A LA CROISSANCE ? LE CAS DE LA TUNISIE

Kamila BOUAZIZ
Université de Tunis El Manar
bouaziz[AT]gmail.com

Introduction

L’un des problèmes majeurs des pays en développement étant la pauvreté, la question est de savoir s’il existe des solutions pour lutter contre la pauvreté et assurer une certaine croissance.

Le groupe de la Banque Mondiale, en avril 2018, cherche des solutions, à travers la croissance assurée par l’investissement, pour lutter contre la pauvreté en exploitant les données et analyses permettant aux pays les plus démunis d’améliorer les conditions de vie de leur population qui a atteint un seuil de pauvreté extrême.

Comment promouvoir la lutte contre la pauvreté et l’associer à la croissance ? La lutte contre la pauvreté est désormais un élément majeur des politiques économiques  et  sociales,  sous  les  effets  du  chômage,  de  l’inflation,  des changements   sociaux   et   des   différents   éléments   qui   bouleversent   les structures…

La mondialisation à travers, d’une part, l’internationalisation des échanges et d’autre part, la coordination entre les institutions internationales permet-elle de diminuer les inégalités entre les pays et principalement de réduire la pauvreté ?

La  mondialisation,  c’est-à-dire  ici  l’intégration  commerciale  et  financière  de l’économie mondiale, a été considérée comme étant une force motrice de la croissance, qui permet aux économies d’échelle et aux progrès techniques de se traduire par des accroissements de productivité sans précédent. Mondialisation et croissance sont allées en s’accélérant pendant la décennie des années 90 et cette mouvance se poursuit jusqu’à nos jours.

Il est admis que la mondialisation accélère la croissance, elle est, selon Bourguignon22 « un instrument de modernisation » et « tantôt comme un danger mortel ». Le débat se focalise aujourd’hui sur la répartition des bénéfices et des coûts de la mondialisation. Les richesses créées par l’économie contemporaine réduisent-elles la pauvreté dans le monde ? Ou, au contraire, la mondialisation est-elle créatrice de nouvelles inégalités, et quel serait son impact sur la pauvreté ? Qu’en est-il pour la Tunisie ?

Motsclés : mondialisation, pauvreté extrême, internationalisation des échanges, et coordination entre les institutions internationales.

JEL Classification : F16, F63, I32, D31, D63.

 

Différentes étapes  de développement depuis l’indépendance

Comme pour tous les PED, des stratégies de développement ont été conçues pour les aider à suivre des politiques économiques leur permettant soit de dépasser le dualisme soit d’amorcer, « un processus d’industrialisation compatible avec leur niveau de développement économique et technologique »23  à travers, pour la Tunisie, des industries de substitutions des importations (ISI) et des industries exportatrices. Les résultats obtenus, suite à la mise en œuvre de ces stratégies, ont été mitigés et il lui a été proposé de s’ouvrir vers l’extérieur par l’intermédiaire des investissements directs étrangers (IDE) et le recours aux activités de sous-traitance. Les résultats obtenus par cette stratégie ont été en dessous des attentes et ont conduit à un endettement extérieur assez élevé auprès du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale (BM) qui ont conditionné leur aide à la mise en œuvre des plans d’ajustement structurel (PAS) élaborés par les néolibéraux. Ces derniers ont, pour la majorité des PED, entrainé des résultats décevants avec des taux de croissance du PIB par tête négatifs, un chômage élevé …

Elles se sont caractérisées par l’accentuation de la pauvreté et le mécontentement général, s’exprimant par les émeutes de 1969, 1978, 1986, 2004, 2006, 2008 et essentiellement par ce qui est appelé « le printemps arabe » qui a pris naissance en Tunisie au début de l’année 2011.

Celle-ci, comme nous allons le voir, a conduit à des inégalités interrégionales et des effets négatifs ne concernant que les pauvres au niveau national avec une classe moyenne qui s’appauvrit de plus en plus.

Dans ce qui suit nous allons étudier la nature de ces inégalités puis la relation entre ces dernières et la croissance.